Bâtiment et Travaux Publics | article du 19 novembre 2012

Formation des détenus à Nantes : comment accompagner la réinsertion professionnelle ?

Présent au Centre pénitentiaire de Nantes depuis mars 2005, le GRETA Nantes BTP propose des formations diplômantes (CAP Plâtrier plaquiste et CAP Menuisier fabricant de menuiserie, mobilier et agencement), au sein d’un dispositif de formation dénommé PAEQ (Parcours d’Accès à la Formation par la Qualification), en partenariat avec 2 autres organismes, le CFP Presqu’île et l’ICAM.

Les détenus, tous volontaires, sont accueillis par une équipe pédagogique consciente de l’enjeu de ces formations, en l’occurrence une préparation à la sortie, avec réinsertion professionnelle à la clef, élément majeur de la lutte contre la récidive.

Un dispositif construit et organisé avec une attention particulière

Le dispositif, organisé en « entrées et sorties tout au long de l’année », accueille en permanence 90 stagiaires. Le financement de ces formations est assuré par le Conseil régional des Pays de la Loire.

Une commission pluridisciplinaire, composée de surveillants, de responsables de formation, de psychologues, de conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation, valide l’entrée des détenus en formation, en fonction du projet et du comportement en détention.

En milieu carcéral, 60 % des apprenants présentent des problèmes d’illettrisme. Le dispositif de formation est donc adapté, et des passerelles entre les groupes sont proposées par les 3 organismes impliqués : plate-forme de mobilisation (définition du projet professionnel, alphabétisation ou remise à niveau), pré-qualifications Bâtiment et Industrie, formations certifiantes (titres, diplômes) en plâtrerie, menuiserie, électricité, froid-climatisation, fabrication et maintenance de cycles.

Les ateliers mis à disposition par le centre de détention de Nantes offrent des conditions de travail proches d’un lycée professionnel. Le matériel pédagogique, les matières d’œuvre sont gérés par les organismes de formation, sous la responsabilité des formateurs.

Les durées de formation sont adaptées à la progression de chaque stagiaire, l’objectif visant à individualiser les parcours : en général, le parcours est compris entre 12 et 18 mois, et tient compte du reliquat de peine et de la date de sortie. Les IEN ont donné leur accord pour une dispense de la période en milieu professionnel, remplacée par la rédaction d’un dossier ou, le cas échéant, un chantier interne à la prison. Quand le juge d’application des peines le permet, un placement dans une entreprise extérieure peut être envisagé, vecteur essentiel d’une bonne appréhension du métier, en vue d’une réinsertion professionnelle optimale. Il arrive parfois que le détenu libéré poursuive sa formation au GRETA ou dans un autre organisme de formation.

Un taux de réussite à l’examen significatif

En termes de résultats, au-delà de l’obtention du diplôme –taux de réussite proche de 90%-, il est difficile de collecter les chiffres de la réinsertion dans le métier appris en prison. En effet, après leur sortie, les stagiaires répondent rarement aux sollicitations et enquêtes, préférant oublier leur passé carcéral. C’est souvent le relationnel développé avec les formateurs qui permet des retours. Plusieurs plâtriers, par exemple, ont créé leur entreprise.

Une collaboration européenne

Pour un fonctionnement optimal du dispositif, il importe que tous les acteurs présents soient réellement impliqués : de la direction du centre de détention aux surveillants, des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation aux formateurs. Afin de créer du lien entre eux, le GRETA Nantes BTP a initié un projet européen (partenariat éducatif GRUNDTVIG), avec plusieurs pays partenaires (Suède, Espagne, Italie et Belgique) qui a permis, entre 2010 et 2012, d’échanger des pratiques, des expériences, et de mener une réflexion sur l’amélioration des relations de travail entre équipes de sécurité et équipes pédagogiques. Des visites dans chacun des pays ont permis à ces professionnels d’observer comment fonctionnent les autres dispositifs. Point d’orgue de cette expérience, une conférence sur l’éducation en prison s’est déroulée le 20 juin 2012, au Conseil régional des Pays de la Loire, avec des témoignages d’experts européens et des tables rondes mêlant les intervenants qui œuvrent au quotidien pour la formation des détenus. Un DVD retraçant les travaux et la conférence sera mis à disposition des établissements pénitentiaires, afin de sensibiliser les surveillants à la problématique de l’éducation en prison.

Franck BOLGIANI
Conseiller en Formation Continue
GRETA Nantes BTP

GRETA-CFA des Pays de la Loire
>
44 | Loire-Atlantique
49 | Maine-et-loire
53 | Mayenne
72 | Sarthe
85 | Vendée